Livre 2 - L'économie gabonaise souffre du syndrome hollandais, dit-on!

L'économie gabonaise souffre du syndrome hollandais, dit-on!

Le secteur pétrolier gabonais a largement contribué à la croissance économique, aux recettes d'exportations et à celles budgétaires. Ses parts dans le produit intérieur brut, les recettes d'exports et budgétaires, presque nulles avant 1970, ont atteint plus de 50% dans les années 2000. Cependant, si le boom pétrolier, lié en amont à la politique (publique) pétrolière de la décennie 1970, a permis au Gabon de connaître de bons résultats économiques; il ne lui a par contre pas permis de conjurer "la malédiction du pétrole" connue sous le nom de "syndrome hollandais" en raison surtout de la gestion patrimoniale de la rente pétrolière par l'État-PDG-Bongo au pouvoir." data-share-imageurl="http://fondationjacquesokoue.com/sites/default/files/L%27%C3%A9conomie%20gabonaise%20souffre%20du%20syndrome%20hollandais.jpg">

L'économie gabonaise souffre du syndrome hollandais, dit-on!

Le secteur pétrolier gabonais a largement contribué à la croissance économique, aux recettes d'exportations et à celles budgétaires. Ses parts dans le produit intérieur brut, les recettes d'exports et budgétaires, presque nulles avant 1970, ont atteint plus de 50% dans les années 2000. Cependant, si le boom pétrolier, lié en amont à la politique (publique) pétrolière de la décennie 1970, a permis au Gabon de connaître de bons résultats économiques; il ne lui a par contre pas permis de conjurer "la malédiction du pétrole" connue sous le nom de "syndrome hollandais" en raison surtout de la gestion patrimoniale de la rente pétrolière par l'État-PDG-Bongo au pouvoir. Ce régime kleptocrate avait procédé à des politiques macroéconomiques malsaines dans la décennie 1980. En lieu et place d'une stérilisation bancaire ou monétaire systématique, de la constitution d'une solide épargne nationale à utiliser en période de récession économique pour éviter une forte réduction des dépenses publiques ou un fort endettement public; les énormes recettes d'exportations pétrolières engrangées par le Gabon ont plutôt été systématiquement monétisées, mal allouées entre les secteurs d'activité au grand dam de l'agriculture et de l'industrie hors-pétrole, en dehors de leur pillage éhonté par le parti-État au pouvoir. Partant de là, la monétisation constante des recettes d'exportations pétrolières et les politiques macro-économiques malsaines ont été, dès le milieu de la décennie 1980, un puissant facteur de déstabilisation de l'économie gabonaise au sens d'accélérer les tensions inflationnistes, de faire apprécier en termes réels le taux de change du franc CFA, de faire baisser la compétitivité-prix des produits non exposés et exposés hors boom, de déséquilibrer les comptes extérieur et budgétaire, et de contribuer largement à l'atrophie (l'hypertrophie) du secteur hors-pétrole (pétrole) et à la dépendance du Gabon vis-à-vis de l'or noir.

Dr Jacques Janvier Rop's Okoué Edou,

Économiste et Politologue.